GIS d'Andrologie

Le SIG Andrologie participe activement aux réunions annuelles de la SCFA depuis sa création en 2008. L’objectif du SIG Andrologie est de promouvoir le domaine de l’andrologie et de diffuser les dernières avancées dans ce domaine auprès des cliniciens, scientifiques et autres professionnels en biologie de la reproduction. Le GIS d'andrologie sert également de ressource aux professionnels de la santé canadiens et favorise l'échange d'idées et d'informations dans ce domaine. Lors des trois dernières réunions annuelles de la SCFA, les GIS des laboratoires d'andrologie et d'ART ont organisé des séances communes à la journée des professionnels de TPA afin d'améliorer l'expérience éducative et de rehausser le profil de ces deux SIG. 

En rejoignant le GIS Andrologie, vous avez la possibilité de:

Influencer l'orientation de votre profession au Canada
Réseau avec d'autres andrologues de partout au Canada
Restez à jour sur les dernières avancées en andrologie


Comment devenir membre?

Vous devez être membre en règle de la SCFA et être intéressé ou impliqué dans la prestation ou la direction des services d'andrologie. Si vous souhaitez plus d'informations, veuillez contacter:

Dr. Sarah Kimmins

Présidente du GIS d'Andrologie 

sarah.kimmins@mcgill.ca

Sarah Kimmins,BSc, MSc, PhD- Présidente

SARAHKIMMINS

Dr. Kimmins a reçu son doctorat de l’Université Dalhousie en 2003 et elle a terminé sa formation postdoctorale à l’Institut de Génétique et Biologie Moléculaire et Cellulaire de Strasbourg, en France en 2005. Elle a été nommée au Département des sciences animales de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’environnement en septembre 2005 et est professeur agrégé permanent. Elle est membre associée du département de pharmacologie et de thérapeutique de la faculté de médecine de McGill. Titulaire d'une chaire de recherche du Canada de niveau II sur l'épigénétique, la reproduction et le développement, elle a été directrice associée du Centre d'études sur la reproduction de l'Université McGill (2014-2017). En 2019, elle a reçu le prix du conférencier invité par la Société canadienne de fertilité et d'andrologie avec la Société pour l'étude de la reproduction. En 2014, elle a reçu le prix Young Andrologist Award de l'American Society of Andrology et en 2016, le prix Society for the Study of Reproduction Young Investigator. Elle est fréquemment invitée à donner des conférences avec plus de 80 présentations nationales et internationales, notamment la société américaine d'andrologie, les symposiums Keystone, la société d'étude de la reproduction et la série de conférences de recherche Gordon. Elle a été examinatrice de subventions auprès des IRSC, des National Institutes of Health (États-Unis) et du Medical Research Council (Royaume-Uni). Elle est également très impliquée dans plusieurs sociétés internationales au niveau des conseils et des comités. Elle est rédactrice associée pour les perspectives de la biologie de la reproduction et de la santé environnementale. Elle a été membre du conseil élu de la Société pour l'étude de la reproduction (2016-2019).

Son équipe de recherche se concentre sur la compréhension des mécanismes moléculaires à la base de l'héritage épigénétique. Une attention particulière est accordée à la santé paternelle et à la manière dont les expositions environnementales (alimentation, IMC, substances toxiques) modifient la fertilité, les résultats cliniques, l’épigénome du sperme, le développement et la santé de la progéniture. Sur la base d'études mécanistes chez la souris et d'études translationnelles chez l'homme, ils développent de nouvelles interventions et technologies visant à optimiser la fertilité et à diagnostiquer et traiter l'infertilité chez l'homme. À long terme, ils visent à améliorer la santé des hommes et des enfants avant la conception.

Sergey I. Moskovtsev MD, PhD - Vice-Président 

Sergey

Sergey I. Moskovtsev MD, Ph.D., est directeur de l’andrologie à la CReATe Fertility Clinic de Toronto, au Canada. Il a suivi une formation de médecin de recherche en Russie, ensuite il a suivi une bourse postdoctorale et a la division d'andrologie du département d'urologie de l'Université de l'Utah, ainsi qu'une bourse de recherche de trois ans au département de pathologie et de médecine de laboratoire du Mount Sinai Hospital de Toronto.En 2010, il a été nommé professeur adjoint au département d'obstétrique et de gynécologie de la faculté de médecine de l'Université de Toronto. Il a été président du groupe d’intérêt spécial sur l’andrologie et du conseil consultatif de la Société canadienne de fertilité et d’andrologie (SCFA) pendant trois ans. 

Les recherches de Sergey sont l’infertilité masculine idiopathique; dommages à l'ADN des spermatozoïdes, longueur des télomères et épigénétique de l'infertilité masculine. Il est impliqué dans une collaboration de recherche intensive avec plusieurs institutions médicales en Amérique du Nord. Ses recherches ont abouti à un certain nombre d'articles évalués par des pairs, à des présentations lors de réunions nationales et internationales et à plusieurs subventions, notamment celles des IRSC.

Armand Zini, MD, FRCS(C) - Président du sous-comité scientifique

Zini 2016

Dr.Armand Zini est professeur d’urologie à l’Université McGill et chef de la division d’urologie à l’Hôpital St. Mary’s de Montréal. Dr. Zini est également directeur du programme de bourses de recherche en andrologie de l’Université McGill.

Dr.Zini a obtenu son diplôme en médecine et a terminé sa formation en urologie à l'Université McGill à Montréal. Il a ensuite complété une bourse de recherche sur l'infertilité masculine au Centre médical Cornell de l'hôpital de New York et au Population Council à New York.

L’expertise principale du Dr.Zini se situe dans le domaine de l’infertilité masculine. Ses recherches cliniques portent notamment sur les varicocèles, les techniques de récupération du sperme et le rôle des oxydants du sperme et des antioxydants dans l'infertilité masculine. Il a axé son activité de recherche fondamentale sur l’étude des dommages à l’ADN du sperme humain et de leur incidence sur le potentiel de fertilité des hommes.